Piano, cello…Les voix intérieures -Concert

Piano, cello…Les voix intérieures -Concert dans le cadre du Festival de Musique de Toulon Lundi 30 mai 2022 à 20h00 -Palais des Congrès Neptune

ALEXANDRE THARAUD piano & JEAN-GUIHEN QUEYRAS violoncelle

Jean-Sébastien Bach Sonate pour viole de gambe et clavecin n°3 en sol mineur, BWV 1029 Marin Marais Suite n°1 en la mineur (extraite des Pièces de viole, Livre III) pour violoncelle et clavecin Marin Marais Les Folies d’Espagne pour violoncelle et clavier Frédéric Chopin Nocturne en mi bémol majeur, Op. 9 n° 2 (arr. David Popper) Gabriel Fauré Après un rêve, Op. 7 n°1 (arr. Bachmann / Casals) / Papillon, Op. 77 David Popper Sérénade Op. 54 n°2 / Mazurka Op. 11 n°3 Fritz Kreisler Liebesleid / Liebesfreud Johannes Brahms Les danses hongroises n°1, 4, 11, 2 ,14, 5 (arr. Jean-Guihen Queyras / Alexandre Tharaud)

Jean-Guihen Queyras a déclaré « Le violoncelle me permet de parler, de chanter, de chuchoter et de crier parfois ». Dans ce programme on voit apparaître plusieurs fois un nom inconnu du grand public, celui de David Popper (1843-1913). Ce violoncelliste né à Prague en plein milieu du siècle romantique est devenu rapidement une personnalité recherchée du monde musical, pour sa superbe sonorité et sa technique transcendante. Soliste international il eut à cœur de transmette sa technique comme professeur à Budapest et surtout à Bruxelles. Il écrivit des études incontournables pour le violoncelle, des arrangements de grands œuvres ainsi que des œuvres originales. Dès le début, au XVIème siècle en Italie, le violoncelle est en rivalité avec la basse de viole et restera dans l’ombre durant toute la période Baroque et lorsqu’il fait son apparition au sein de la famille des violons, son rôle était de jouer la partie de basse-continue, une partie très importante sur laquelle se « basait » l’harmonie. C’est l’un des instruments ayant la plus grande tessiture (étendue des notes du grave à l’aigu) et on dit souvent que c’est l’instrument le plus proche de la voix humaine, le violoncelle est capable d’une souplesse et d’un lyrisme semblable à la voix humaine, amplement exploité par les compositeurs à la fin du XIXème et au début du XXème siècle. Très tôt les Italiens le préfèrent à la viole de gambe. Si au milieu du XVIIIème le violoncelle est révélé en Allemagne avec les six Suites pour violoncelle seul de Bach d’inspiration italienne, mettant en valeur les capacités polyphoniques de l’instrument, le grand virtuose du violon, Vivaldi (1678­1741) lui dédie 27 concertos et 11 sonates, et à la génération suivante c’est Boccherini (1734-1815) violoncelliste virtuose, qui le dote d’un grand répertoire.

Le violoncelle émerge vraiment à la fin du XVIIIème siècle, à l’époque de Haydn et Mozart avec la vogue du quatuor à cordes. Au fur et à mesure que la technique a évolué et que les compositeurs se sont passionnés pour cet instrument, il est devenu un instrument soliste avec lequel on s’est mis à chanter. Les violoncellistes qui deviennent des virtuoses, tiennent à le faire savoir et participent souvent à l’écriture des concertos ou sonates qui leur sont destinés. Les grands compositeurs romantiques n’échappent pas à cet engouement pour un instrument qui peut « chanter », à une époque où les chanteurs sont considérés comme des divas et des stars. Les facteurs d’instruments améliorent la puissance et la taille du violoncelle qui peut se faire entendre désormais en soliste dans un dialogue avec le piano ou avec tout l’orchestre. La période romantique est un moment important dans la technique du violoncelle d’ailleurs de nombreux compositeurs sont violoncellistes eux-mêmes et écrivent des traités et méthodes pour leurs disciples : on peut citer David Popper, Jean-Louis Duport et Bernhard Romberg.

Au XXème siècle le violoncelle égale presque le violon et les compositeurs comme Fauré, Ravel ou Debussy font largement appel à lui dans leur musique de chambre. De même Prokofiev, Chostakovitch, Britten, Dutilleux, Martinů, Villa Lobos, Henze, Ligeti, Penderecki, Lutoslawski, etc… explorent les capacités insoupçonnées du violoncelle, grâce à des interprètes fabuleux comme Mstislav Rostropovitch, le meilleur ambassadeur de son instrument, lui qui a suscité la création de plus de cent cinquante œuvres. [Monique Dautemer]

Alexandre Tharaud

Avec plus de 25 ans de carrière, Alexandre Tharaud est aujourd’hui une figure unique dans le monde de la musique classique, et un réel ambassadeur du piano français. Sa large discographie (plus de 25 albums solo), récompensée et acclamée par la presse, présente un répertoire allant de la musique baroque à la création contemporaine. L’ampleur de ses activités artistiques se reflète également dans ses collaborations avec des metteurs en scène, des danseurs, des chorégraphes, des écrivains et des cinéastes, ainsi qu’avec des auteurs-compositeurs-interprètes et musiciens hors du domaine de la musique classique.

Alexandre Tharaud est un soliste recherché, invité par de nombreux grands orchestres internationaux : l’Orchestre de Paris, l’Orchestre National de France, le NAC Orchestra Ottawa, Les Violons du Roy, le BBC Scottish Symphony, le Beethoven Orchester Bonn, le Zurich Kammerorchester et l’Orchestre Symphonique de l’Etat de São Paulo, le Symphonie Orchester des Bayerischen Rundfunks ,le Royal

Concertgebouw Orchestra, les orchestres de Cleveland et de Philadelphie, l’Orchestre Symphonique de Cincinnati, le London Philharmonic, le hr-Sinfonieorchester Frankfurt, l’Orchestra dell’Accademia Nazionale di Santa Cecilia…

En récital, Alexandre Tharaud est un invité régulier des salles les plus prestigieuses du monde. Cette saison, il est en récital à la Philharmonie de Paris, au King’s Place de Londres, à l’Alte Oper de Francfort, à Bayreuth, au Concertgebouw d’Amsterdam, à la Casa da Música de Porto, et au Zankel Hall notamment. Il sera aussi en tournée au Japon, en Chine et en Corée.

Alexandre Tharaud enregistre en exclusivité pour Erato/Warner Classics. En septembre 2020 sort son album « Chansons d’Amour > avec Sabine Devieilhe – et s’en suit une tournée au Wigmore Hall, La Monnaie, le Concertgebouw, la Philharmonie de Berlin, le Théâtre des Champs-Elysées et le Teatro alla Scala entre autres. En octobre 2020, sort son triple album « Le Poète du Piano >, qui reprend une partie de ses enregistrements les plus connus et propose de nombreux inédits. Sa discographie reflète ses affinités pour des styles musicaux éclectiques : Versailles, qui rend hommage aux compositeurs associés aux cours des rois français Louis XIV, XV et XVI ; son album hommage à Barbara ; mais aussi un album en duo avec Jean-Guihen Queyras (un partenaire de scène depuis une vingtaine d’années) dédié à Brahms, ou encore le Concerto pour piano n°2 de Rachmaninov. Au cours de sa carrière, il a réalisé des enregistrements acclamés par la critique, de Rameau, Scarlatti, des Variations Goldberg et du Concerto italien de Bach, des trios dernières sonates de Beethoven, des 24 Préludes de Chopin, et de l’intégrale des œuvres pour piano de Ravel.

En 2017, Alexandre publie Montrez-moi vos mains, un compte-rendu introspectif et engageant sur la vie quotidienne des pianistes. Il avait auparavant co-écrit Piano Intime avec le journaliste Nicolas Southon. Il est également le sujet principal d’un film réalisé par la cinéaste Suisse Raphaëlle Aellig-Régnier : Alexandre Tharaud, Le Temps Dérobé, et est apparu dans le rôle du pianiste « Alexandre > dans le célèbre film de Michael Hanneke, Amour, en 2012.

Jean-Guihen Queyras

Curiosité, diversité et concentration sur la musique elle-même caractérisent le travail artistique de Jean-Guihen Queyras. En scène ou en studio, nous sommes en présence d’un artiste totalement et passionnément dédié à la musique dont l’approche de la partition, humble et sans prétention, reflète son essence sans concession. Les motivations profondes du compositeur, de l’artiste et du public doivent être en harmonie les unes avec les autres afin d’apporter au concert une expérience exceptionnelle.

Jean-Guihen Queyras a appris de Pierre Boulez cette approche interprétative avec lequel il avait établi une longue relation artistique. Cette philosophie, aux côtés d’une technique impeccable et claire, d’une sonorité captivante, détermine l’approche de Jean-Guihen Queyras à l’occasion de chaque concert et son engagement absolu pour la musique. Son approche de la musique ancienne – comme lors de ses collaborations avec le Freiburger Barockorchester et l’Akademie für Alte Musik Berlin – et de la musique contemporaine relèvent d’une même intensité.

Il a joué en création mondiale des œuvres d’Ivan Fedele, Gilbert Amy, Bruno Mantovani, Michael Jarrell, Johannes-Maria Staud ou encore Thomas Larcher et Tristan Murail. Sous la direction du compositeur, il a enregistré le Concerto pour violoncelle de Peter Eötvös à l’occasion de son 70e anniversaire, en novembre 2014.

Jean-Guihen Queyras est membre fondateur du Quatuor Arcanto et forme un trio reconnu avec Isabelle Faust et Alexander Melnikov qui est, avec Alexandre Tharaud, un de ses pianistes de prédilection. Il collabore également avec des spécialistes du zarb, Bijan et Kevyan Chemirani à l’occasion d’un programme de musique méditerranéenne. Son adaptabilité et son aisance à jouer les musiques les plus diverses le font inviter par les plus grandes salles de concerts, festivals et orchestres pour des résidences, incluant le Concertgebouw d’Amsterdam, le Festival d’Aix-en-Provence, le Vredenburg d’Utrecht, De Bijloke Ghent ou encore l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg et le Wigmore Hall à Londres. Régulièrement invité par des orchestres de premier plan tels l’Orchestre de Philadelphie, le Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, le Mahler Chamber Orchestra, l’Orchestre de Paris, le London Symphony Orchestra, le Gewandhausorchester de Leipzig et la Tonhalle de Zurich, sous la direction de Ivan Fischer, Philippe Herreweghe, Yannick Nézet-Séguin, François-Xavier Roth, Sir John Eliot Gardiner ou Sir Roger Norrington.

A la tête d’une discographie impressionnante, Jean-Guihen Queyras a enregistré les concertos d’Elgar, Dvorak, Schoeller et Amy. Dans le cadre du projet Schumann chez Harmonia Mundi, il a enregistré l’intégrale des trios avec Isabelle Faust et Alexander Melnikov mais aussi le concerto pour violoncelle avec le Freiburger Barockorchester et Pablo Heras-Casado. L’enregistrement « THRACE – Sunday Morning sessions > développe sa collaboration avec les frères Chemirani et Sokratis Sinopoulos en mettant l’accent sur l’interaction entre la musique contemporaine, l’improvisation et les traditions méditerranéennes. Deux de ses enregistrements les plus récents sont les 6 sonates pour violoncelle et basse continue de Vivaldi et les concertos pour violoncelle de Carl-Philipp Emanuel Bach, deux volumes publiés par Harmonia Mundi.

Pour la saison 2020-2021, citons, entre autres, des invitations du Seattle Symphony Orchestra, de l’Orquestra Sinfonica de Sao Paulo et du NDR Elbphilharmonie Orchester ainsi que des concerts avec le Belcea Quartet, Tabea Zimmermann, Alexandre Tharaud, Alexander Melnikov et Isabelle Faust, sans oublier une tournée de concerts au Japon. Par ailleurs, il est artiste en résidence de la saison 2020-2021 au Wigmore Hall de Londres et à Radio France.

Il enseigne à la Musikhochschule de Freiburg et est directeur artistique des « Rencontres musicales de Haute-Provence >, un festival qui se situe à Forcalquier.

Jean-Guihen Queyras joue un violoncelle de Gioffredo Cappa de 1696, prêt de Mécénat Musical Société Générale depuis novembre 2005.

PASS SANITAIRE

Pour les plus de 11 ans, présentation d’un Pass sanitaire au format numérique (via l’application TousAntiCovid) ou papier qui atteste :

soit d’un test PCR ou antigénique négatif de moins de 48h, soit d’un certificat de vaccination, soit d’un certificat d’immunité (test PCR positif de plus de 2 semaines et de moins de 6 mois)

RÉSERVATION À PARTIR DU 6 SEPTEMBRE

Lundi, mercredi et vendredi de 13h à 17h
www.festivalmusiquetoulon.com / Facebook

Toute place réservée doit être réglée dans les 8 jours

TARIFS

  • Concert 30 mai 26,50 € | réduit 22,50 € | spécial 13,50 €

Réduit (sur justificatif) Amis du Festival / Association pour les musées de Toulon / Carte Opéra de Toulon / Abonnés Opéra / Professeurs du Conservatoire TPM / Groupes (minimum 10 personnes) /

Spécial (sur justificatif) Jeunes de moins de 26 ans / Demandeurs d’emploi (attestation du mois en cours)

Personne titulaire d’une carte d’invalidité 15€

Accompagnateurs d’une personne titulaire d’une carte d’invalidité 12€ (Palais Neptune / Opéra : orchestre, balcon, galerie) / 11€ (Opéra : amphithéâtre)

la Billetterie du Festival de musique de Toulon.

 

 

Text Widget

Nulla vitae elit libero, a pharetra augue. Nulla vitae elit libero, a pharetra augue. Nulla vitae elit libero, a pharetra augue. Donec sed odio dui. Etiam porta sem malesuada magna mollis euismod.

Recent Works

Commentaires récents

    Related Posts